mer. Nov 25th, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Santé : Zoom sur la maladie à virus Ebola

2 min read

La maladie à virus Ebola (MVE), anciennement connue sous le nom de fièvre hémorragique Ebola, est une maladie rare mais grave et souvent mortelle chez l’homme. Le virus est transmis aux humains par des animaux sauvages et se propage dans la population humaine par transmission interhumaine.

La MVE est apparue pour la première fois en 1976 lors de 2 flambées simultanées, l’une dans l’actuelle Nzara, au Soudan du Sud, et l’autre à Yambuku, en RDC. Elle est apparue dans un village près de la rivière Ebola, d’où la maladie tire son nom.

On pense que Ebola est introduit dans la population humaine par contact étroit avec le sang, les sécrétions, les organes ou d’autres fluides corporels d’animaux infectés tels que les chauves-souris frugivores, les chimpanzés, les gorilles, les singes, les antilopes forestières ou les porcs-épics trouvés malades ou morts ou dans la forêt tropicale.

Ebola se propage ensuite par transmission interhumaine par contact direct avec le sang ou les liquides organiques d’une personne malade ou décédée d’Ebola, les objets qui ont été contaminés par des fluides corporels (comme du sang, des matières fécales, des vomissements) provenant d’une personne atteinte d’Ebola ou du corps d’une personne décédée d’Ebola

Une personne infectée par Ebola ne peut propager la maladie que si elle a développé de symptômes…

La période d’incubation de la maladie à virus Ebola est de 2 à 21 jours. Entre temps, une personne infectée ne peut pas propager la maladie tant qu’elle n’a pas développé de symptômes. Et, en fait, les symptômes de cette maladie peuvent être soudains et inclure : la fièvre, la fatigue, la douleur musculaire, le mal de crâne, la gorge irritée. Ce tableau est complété par le vomissement, la diarrhée, l’insuffisance rénale et hépatique, les saignements internes et externes, notamment le suintement des gencives ou la présence du sang dans les selles.

Il faut noter qu’un vaccin expérimental contre Ebola s’est avéré hautement protecteur contre la maladie à virus Ebola lors d’un essai majeur en Guinée en 2015. Le vaccin, appelé rVSV-ZEBOV, a été étudié dans un essai portant sur 11 841 personnes. Parmi les 5837 personnes qui ont reçu le vaccin, aucun cas d’Ebola n’a été enregistré 10 jours ou plus après la vaccination. En comparaison, il y a eu 23 cas 10 jours ou plus après la vaccination parmi ceux qui n’ont pas reçu le vaccin.

Le vaccin rVSV-ZEBOV a été utilisé avec succès dans l’épidémie d’Ebola de 2018-2019 en RDC. Les femmes enceintes et allaitantes devraient avoir accès au vaccin dans les mêmes conditions que pour la population générale.