sam. Mai 8th, 2021

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

RDC/Covid-19 : Et si l’on exploitait à fond les vertus de la communication !

2 min read

Alors que l’on a bien la possibilité de le maîtriser (taux de guérison de 80%), le coronavirus est en passe de devenir “un piège sans fin” en RDC. Avec la deuxième vague, les chiffres des contaminés s’emballent au point de commencer à donner des sueurs froides. Sur le terrain, les hôpitaux sont débordés. Malgré cela, il y a encore de nombreuses personnes qui, à coup de Fake news et d’idées reçues, prétendent “qu’il n’existe pas des malades de coronavirus” dans ce pays.

Devant la montée inquiétante des cas de contamination, le gouvernement a dû prendre des mesures impopulaires, notamment le couvre-feu (dès 9 heures du soir), le port obligatoire des masques, la suspension des activités scolaires et académiques dans tout le pays…

Si le couvre-feu semble tenir la route, l’observation des gestes barrières reste tout de même un sérieux sujet d’inquiétude. Suivez mon regard : combien respectent encore la distanciation physique, le lavage des mains, le port des masques ? Ici se pose la question de l’appropriation des gestes barrières par la population.

Il faut pousser à fond sur le levier de la communication …

Il n’y a pas plus d’une manière pour régler ce problème d’appropriation des gestes barrières. Il faut utiliser toutes les recettes offertes par le vaste champ de la communication. Pour cela, la communication pour le changement social et de comportement de prête très bien à la situation.

Auparavant appelée « communication pour le changement comportemental » (CCC), la communication pour le changement social et de comportement (CCSC) est une approche qui favorise et facilite les changements dans les connaissances, les attitudes, les normes, les croyances et les comportements. Les acronymes CCC et CCSC font tous deux référence à une série d’activités et de stratégies favorisant des habitudes de comportement saines. Le mot « social » a été ajouté au concept de CCC afin d’indiquer que pour améliorer les résultats sanitaires, il est nécessaire de soutenir un changement social plus vaste.

Il n’est pas encore tard. Le comité en charge de la riposte étant multisectoriel, la cellule de communication mérite d’être redynamisée en termes de moyens de mobilisation tant au niveau des média que des activités de terrain. De la même manière que l’on accorde des moyens conséquents aux structures chargées du dépistage et de la prise en charge des cas confirmés, une attention particulière devrait être accordée à la cellule de communication, en termes de financements et de moyens logistiques. C’est la seule possibilité pour le comité multisectoriel de la riposte de vaincre toutes les résistances liées aux idées reçues. L’heure n’est plus aux tergiversations. Allons y seulement.

Léon Mukoko