dim. Fév 28th, 2021

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Diplomatie verte : Plus de 14 milliards en jeu pour relancer la grande muraille verte pour reverdir le Sahel

3 min read

Une véritable bouffée d’oxygène, fruit de la diplomatie verte. En marge du One Planet Summit pour la biodiversité, la France, la Banque africaine de développement et la Banque mondiale ont délié le cordon de la bourse et ont déposé plus de 14 milliards de dollars sur la table pour relancer le projet muraille verte devant reverdir la bande du Sahel et bloquer la progression du désert du Sahara.

Un projet pharaonique consistant en l’installation d’un long couloir de 15 km de large traversant le continent africain sur 7 800 km, en passant par 11 pays et reliant le Sénégal à Djibouti. Au bas mot, cette muraille représentera environ 117 000 km2, ou 11,7 millions d’hectares.

Une véritable bouée de sauvetage pour cette initiative phare de l’Union africaine appelée à lutter contre les effets du changement climatique et de la désertification en Afrique. Cela tombe à point nommé en cette année charnière pour l’environnement qui sera ponctuée de deux grands rendez-vous internationaux : la COP15, pour la biodiversité prévue à l’automne en Chine, et côté climat, la COP26 qui doit se tenir à Glasgow en novembre.

Plus de 14 milliards de dollars pour transformer la vie de millions de personnes en créant une mosaïque d’écosystèmes verts et productifs en Afrique du Nord, au Sahel et dans la Corne de l’Afrique.

2021 est l’année de la réconciliation entre l’humanité et la nature…

L’appui à la réalisation de la grande muraille verte d’Afrique est une initiative louable, d’autant plus que “2021 est l’année de la réconciliation entre l’humanité et la nature“, a déclaré le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, à l’occasion du dernier sommet de Paris.  (…) “La reprise après la pandémie est notre chance de changer de cap“, a ajouté le patron de l’ONU.

L’initiative historique lancée officiellement en  évolue en un ensemble d’interventions destinées à relever les défis auxquels sont confrontées les populations du Sahel et du Sahara, notamment la pauvreté due en grande partie à une croissance démographique rapide, à des taux de chômage élevés, à des pénuries alimentaires et à l’insécurité.

La Grande Muraille verte contribue à faire pousser la végétation et restaurer une bande de verdure au Sahel, afin d’aider à renforcer la sécurité alimentaire, à améliorer la santé et à créer des milliers de nouveaux emplois et des opportunités de revenus pour les communautés qui y vivent. L’initiative a déjà permis de planter des milliards d’arbres et de soutenir des dizaines de milliers de ménages locaux.

La Grande Muraille verte est le premier fleuron de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030. “L’année 2021 marque le début de la Décennie pour la restauration des écosystèmes, et la Grande Muraille verte est un exemple inspirant de restauration des écosystèmes en action. Cette initiative à elle seule ne transformera pas la situation du Sahel du jour au lendemain, mais elle est en train de devenir rapidement un corridor de croissance verte qui apporte des investissements, renforce la sécurité alimentaire, crée des emplois et sème les graines de la paix“, a déclaré Susan Gardner, directrice de la division des écosystèmes du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). A suivre…

Léon Mukoko