mar. Oct 20th, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Le Sénégal se dote d’une usine de déshydrations d’oignons

3 min read

Une première en Afrique subsaharienne. Le Sénégal dispose bientôt d’une usine de déshydrations d’oignons. Cette firme devrait générer 5 000 tonnes d’oignons déshydratés par an, l’équivalent de 2 % du stock mondial. Une partie de cette production sera exportée vers l’Europe où la poudre d’oignon séché est recherchée notamment dans l’assaisonnement des soupes et des sauces. sera installée.  Celle-ci devrait permettre de créer des centaines d’emplois et d’accroitre les exportations agricoles du pays.

Cette usine, la première d’Afrique subsaharienne et seconde du continent africain, est financée par IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, et le Fond d’investissement pour l’agriculture et le commerce en Afrique (AATIF) pour une valeur de 13 millions d’euros.

Le soutien d’IFC et de l’AATIF va permettre de construire la deuxième usine de déshydrations d’oignons d’Afrique et, ce faisant, de créer des emplois et d’offrir un revenu à des milliers d’agriculteurs. Cela va aussi nous permettre développer notre activité en Afrique de l’Ouest et de rapprocher le Sénégal des filières agroalimentaires mondiales”, a déclaré Magatte Wade directeur général de SAF Ingrédients.

Pour Aliou Maiga, directeur d’IFC pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, “cet investissement illustre la volonté d’IFC d’aider les PME agricoles à accéder plus facilement à des financements, une condition cruciale pour créer des emplois au Sénégal. Il permettra aussi de relancer la production agricole et de faciliter la reprise économique du Sénégal à la suite de la pandémie de Covid-19”.

Le soutien d’IFC et de l’AATIF aidera également SAF Ingrédients à créer une exploitation de 760 hectares et un vaste réseau de producteurs d’oignons. Avec 100% des approvisionnements réalisés sur place, essentiellement auprès de petits producteurs et de plus gros exploitants, ce projet devrait, en plus de générer des centaines d’emplois, accroitre considérablement la création de valeur ajoutée au niveau local.

L’oignon, star mondiale…

L’oignon est particulièrement consommé dans le monde, six kilos par personne. La Libye fait figure de champion du monde avec une consommation moyenne de 30 kg par individu. L’oignon n’est pas très capricieux et pousse un peu partout sur la planète. 54 millions de tonnes sont produites chaque année par près de 134 pays. En tout, 20% de la production sont transformés et entrent dans la composition des soupes, sauces et autres condiments.

L’oignon est une des filières régionales les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. Au Sénégal, en une dizaine d’années, sa production a atteint 400 000 tonnes. Le Nigeria et le Niger sont les deux leaders de la région avec 600 et 500 000 tonnes produites.

Cependant, produire ne suffit pas. Les pertes sont souvent colossales et la conservation du produit un enjeu majeur. Voici une solution.

Léon Mukoko