jeu. Juil 29th, 2021

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Kinshasa Bopeto : il faut installer des centres de tri des déchets dans les communes, estime Donald Mayeye

3 min read

Le deuxième salon virtuel sur les déchets a permis de découvrir beaucoup d’acteurs qui interviennent dans le secteur des déchets. C’est le cas des animateurs du Programme Kinshasa Bopeto, opération initiée par le gouverneur de la ville de Kinshasa pour organiser les travaux d’assainissement de la capitale, notamment le balayage, le nettoyage et l’évacuation des immondices au quotidien. Les animateurs de ce programme tentent un virage vers l’économie circulaire. Voici l’expérience de Kinshasa Bopeto, déroulée par Donald Mayeye, Directeur de cabinet du coordonnateur de cette structure.

Le programme Kinshasa Bopeto a été initié pour les travaux d’assainissement de la ville de Kinshasa, notamment le balayage, le nettoyage et l’évacuation des immondices au quotidien“, a rappelé Donald Mayeye. Pour sa réalisation, celui-ci fait l’objet d’une planification stricte qui nécessite l’implication de plusieurs acteurs sur le terrain.

Pour cela, la sensibilisation de la population est un levier fondamental sur lequel travaille la coordination de l’opération Kinshasa Bopeto. “Il faut sensibiliser au maximum la population kinoise“, a martelé Donald Mayeye. Cette activité de communication passe par la mise en œuvre d’un programme et d’une stratégie de “porte à porte”, car “il faut mettre la population à la portée des sensibilisateurs de base“.  Pour cela, le Directeur de cabinet du patron de l’opération Kinshasa Bopeto a indiqué qu’il existe un réseau de sensibilisateurs. Celui-ci est composé de chefs de rues et des partenaires au programme qui procèdent à la sensibilisation à la base.

Dans son train train quotidien, l’opération Kinshasa Bopeto passe par plusieurs étapes. Dans un premier temps, il y a d’abord la phase de la pré-collecte des déchets, a souligné Donald Mayeye. Cette étape de la pré-collecte est réalisée essentiellement par des acteurs du secteur informel, à savoir : les ramasseurs et autres éboueurs. Un problème cependant : ce secteur n’est pas bien règlementé, note l’intervenant. Par exemple, il n’existe pas de répertoire de tous ces ramasseurs des déchets, a relevé le représentant de l’opération Kinshasa Bopeto. “Il faut donc réaliser un répertoire clair de tous ces ramasseurs pour les identifier“, a-t-il conclu.

Seule l’économie circulaire peut apporter un changement dans le flux des déchets qui sont produits dans la ville de Kinshasa…. 

La deuxième étape, c’est la collecte des déchets à travers le triage. “Pour gagner dans l’économie circulaire, il faut que les déchets soient triés et revalorisés. Pour cette raison, Kinshasa Bopeto travaille avec les partenaires qui transforment le plastique“, a indiqué Donald. Parmi les acteurs de l’économie circulaire, il y en a qui sont dans la transformation des plastiques en granulés et dans la fabrication des pavés, a ajouté Donald Mayeye, avant de conclure que seule l’économie circulaire peut apporter un changement dans le flux des déchets qui sont produits dans la ville de Kinshasa. C’est le cas de OK Plast qui achète déjà les nombreux plastiques déversés à longueur des journées dans les rivières et autres caniveaux.

Le transport des immondices vers les sites d’enfouissement pose également un sérieux problème. Face à ce casse-tête, il vaut mieux que les déchets soient recyclés ou transformés à proximité des lieux de production. Ainsi, avec le concours du Ministère de l’environnement, il faut installer des centres de tri à proximité des ménages, c’est à dire au niveau de chaque commune. Avec le système de traitement à proximité des ménages, on va réussir, a conclu Donald Mayeye. A suivre…

Léon Mukoko