lun. Août 3rd, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Environnement : Selon le dernier rapport de la FAO, l’Afrique a perdu 3,9 millions d’hectares de forêt entre 2010 et 2020

4 min read

Selon le rapport publié mardi dernier par la FAO, les forêts du monde renferment 60.000 espèces d’arbres, 80% des espèces d’amphibiens, 75% des espèces d’oiseaux et 68% des espèces de mammifères de la planète.

Le rapport indique que la superficie forestière mondiale continue de diminuer et la perte forestière enregistrée depuis 1990 à l’échelle mondiale s’élève à 178 millions d’hectares. Toutefois, le taux de perte forestière nette a considérablement baissé sur la période 1990-2020 grâce au recul de la déforestation dans certains pays et à l’augmentation du terrain forestier dans d’autres grâce au reboisement et à l’expansion naturelle des forêts.

L’Afrique a enregistré le taux annuel de perte forestière le plus élevé sur la période 2010-2020, avec 3,9 millions d’hectares. L’Amérique du Sud arrive en deuxième place, avec 2,6 millions d’hectares, tandis que l’Asie a connu le gain net de superficie forestière le plus important sur la même période.

D’après la FAO, il est donc primordial de faire reculer la déforestation et l’appauvrissement de la biodiversité. Pour ce faire, il faut préserver et gérer durablement les forêts et les arbres dans le cadre d’une approche intégrée qui permette de s’attaquer en même temps aux problèmes liés aux forêts et à la sécurité alimentaire.

Aujourd’hui, la superficie forestière mondiale est de 4,06 milliards d’hectares, ce qui représente environ 31% de la superficie totale des terres. L’Europe, y compris la Russie, abrite 25% de la superficie forestière mondiale. Elle est suivie par l’Amérique du Sud (21%), l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale (19%), l’Afrique (16%), l’Asie (15%) et l’Océanie (5%).

Augmentation de la superficie forestière située dans des zones protégées…

La superficie forestière située dans des zones protégées a augmenté de 191 millions d’hectares depuis 1990 et s’élèverait actuellement à 726 millions d’hectares (18% de la superficie forestière totale des pays ayant communiqué des données). En outre, la superficie forestière faisant l’objet d’un plan de gestion progresse dans toutes les régions. Au niveau mondial, elle a augmenté de 233 millions d’hectares depuis 2000 et s’est établie à un peu plus de deux milliards d’hectares en 2020.

“Cette somme d’informations sur les forêts dans le monde est un bien public précieux pour la communauté internationale qui contribuera à faciliter l’élaboration de politiques fondées sur des éléments factuels, la prise de décision et des investissements judicieux dans le secteur forestier”, a déclaré Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, à l’occasion de la présentation de l’évaluation.

Ces nouveaux outils nous permettront de mieux lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts, de prévenir la perte de biodiversité et d’améliorer la gestion durable des forêts“, a-t-elle ajouté.

Des millions de personnes dépendent des forêts…

Toujours selon ce rapport sur la Situation des forêts du monde, la sécurité alimentaire et les moyens d’existence de millions de personnes, aux quatre coins du monde, dépendent des forêts. En outre, il est essentiel de protéger les forêts pour conserver les ressources naturelles car elles abritent la majeure partie de la biodiversité terrestre et aident à atténuer les effets du changement climatique.

Il est donc primordial de faire reculer la déforestation et l’appauvrissement de la biodiversité. Pour ce faire, il faut préserver et gérer durablement les forêts et les arbres dans le cadre d’une approche intégrée qui permette de s’attaquer en même temps aux problèmes liés aux forêts et à la sécurité alimentaire. D’après la FAO, les informations fiables et exhaustives sur les forêts et les autres utilisations des terres jouent un rôle crucial à cet égard.

Bien que le taux de déforestation ait considérablement diminué ces dernières décennies, ce problème demeure une source d’inquiétude profonde“, a indiqué Anssi Pekkarinen, Forestier principal et Coordonnateur de l’Évaluation qui a expliqué que, “Au train où vont les choses, nous risquons de ne pas atteindre, d’ici à 2030, les cibles des Objectifs de développement durable relatives à la gestion durable des forêts“.

Selon lui, il faut redoubler les efforts pour faire cesser la déforestation afin de pouvoir exploiter pleinement le potentiel des forêts en matière de production alimentaire durable, de réduction de la pauvreté, de sécurité alimentaire, de conservation de la biodiversité et de lutte contre le changement climatique, tout en maintenant le niveau de production de tous les biens et services qu’elles fournissent.

Les 10 pays ayant enregistré les plus grandes pertes annuelles nettes moyennes de superficie forestière entre 2010 et 2020 sont : Brésil, République démocratique du Congo, Indonésie, Angola, Tanzanie, Paraguay, Myanmar, Cambodge, Bolivie et Mozambique.

Par ailleurs, les 10 pays ayant connu le plus de gains annuels nets moyens de superficie forestière durant la même période sont : Chine, Australie, Inde, Chili, VietNam, Turquie, États-Unis d’Amérique, France, Italie et Roumanie.

Lire sous ce lien le rapport sur l’Evaluation des ressources forestières mondiales.

Léon Mukoko