mer. Nov 25th, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Environnement : le PNUE tire la sonnette d’alarme sur l’importation des véhicules d’occasion en Afrique

3 min read

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) (le tout premier du genre), des millions de voitures, fourgonnettes et minibus d’occasion de piètre qualité sont exportées depuis l’Europe, les États-Unis et le Japon vers les pays en développement. Cela contribue de manière significative à la pollution atmosphérique et entrave les efforts visant à atténuer les effets du changement climatique.

Ce rapport, intitulé “Véhicules d’occasion et environnement : aperçu global des véhicules utilitaires légers d’occasion : débit, échelle et réglementation“, constate que les pays africains ont importé le plus grand nombre de véhicules d’occasion (40 %) au cours de la période étudiée, suivis par les pays d’Europe de l’Est (24 %), d’Asie-Pacifique (15 %), du Moyen-Orient (12 %) et d’Amérique latine (9 %). Une étude récente menée par les Pays-Bas sur leurs exportations a révélé que la plupart de ces véhicules ne possédaient pas de certificat de contrôle technique valide au moment de l’exportation. La plupart des véhicules avaient entre 16 et 20 ans, et la plupart étaient en dessous des normes d’émission EURO4 de l’Union européenne pour les véhicules. Par exemple, l’âge moyen des véhicules d’occasion exportés vers la Gambie était proche de 19 ans, tandis qu’un quart des véhicules d’occasion exportés vers le Nigeria avaient presque 20 ans.

Le parc automobile mondial, responsables de la pollution atmosphérique…

Le parc automobile mondial, dont la croissance est rapide, est l’un des principaux responsables de la pollution atmosphérique et du changement climatique. À l’échelle mondiale, le secteur des transports est responsable de près d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’énergie. “L’assainissement du parc automobile mondial est une priorité pour atteindre les objectifs mondiaux et locaux en matière de qualité de l’air et de climat“, a affirmé Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

(…) “Au fil des ans, les pays développés ont exporté de plus en plus de véhicules d’occasion vers les pays en développement. Comme cela se produit en grande partie sans réglementation, cette exportation est devenue celle de véhicules polluants. L’absence de normes et de réglementations efficaces facilite le dumping de véhicules anciens, polluants et dangereux“, a-t-elle ajouté.

Les véhicules de mauvaise qualité à la base de nombreux accidents…

Pour les auteurs de ce rapport, les véhicules d’occasion de mauvaise qualité entraînent également une augmentation du nombre d’accidents de la route. Selon le rapport, de nombreux pays ayant une réglementation « très faible » ou « faible » sur les véhicules d’occasion, comme le Malawi, le Nigeria, le Zimbabwe et le Burundi, ont également un taux de mortalité routière très élevé. Les pays ayant introduit une réglementation sur les véhicules d’occasion voient également leurs parcs de véhicules plus sûrs et un nombre d’accidents réduit.

Le PNUE, avec le soutien du Fonds d’affectation spéciale des Nations unies pour la sécurité routière et d’autres organismes, fait partie d’une nouvelle initiative qui soutient l’introduction de normes minimales pour les véhicules d’occasion. L’initiative se concentrera, en premier lieu, sur les pays du continent africain. A suivre…

Léon Mukoko