dim. Jan 24th, 2021

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Environnement : le PNUD vole au secours de la zone côtière de Muanda

3 min read

Limiter les dégâts. C’est le sens à donner à l’intervention du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) sur la zone côtière de Muanda menacée par une érosion de plus en plus dévastatrice. Ça se passe à Nsiamfumu où le PNUD (via le projet PANA-Zone côtière) a érigé un mur long de 1000 mètres pour limiter les effets de l’érosion le long de la falaise en freinant le mouvement des vagues et leurs effets dévastateurs sur la côte.

Il s’agit d’un mur par gabionnage construit pour contrer la furie des vagues de l’océan Atlantique. Ce mur protégera également la côte contre l’élévation du niveau de la mer.

Au moment où ce projet tend à sa fin, la Coordination des Associations des Pêcheurs sollicite du PNUD sa poursuite afin que les autres mille mètres de la falaise soient également protégés par un mur en gabions. “La falaise est exposée aux violentes vagues qui emportent tout lorsqu’elles déferlent sur la côte“, a déclaré Philippe Kobe, président de la coordination.

Il est à noter que le village de Nsiamfumu dispose également d’un débarcadère pour l’accostage des pirogues des pêcheurs. Philippe Kobe a également plaidé pour le changement du treuil afin de hisser facilement les pirogues sur le débarcadère.

La qualité du travail abattu n’a pas laissé le Représentant Résident du PNUD en RDC indifférent. “Je suis impressionné par ce qui a été fait avec peu de moyen. Le travail à réaliser est immense pour sauvegarder Nsiamfumu et la côte de la République démocratique du Congo qui est la fenêtre du pays sur le monde. Nous allons mobiliser d’autres partenaires pour achever ce qui doit l’être”, a déclaré Dominic Sam.

Pour sa part, le Secrétaire général à l’Environnement, Benjamin Toirambe, a qualifié la protection de la zone côtière de Muanda de “cause nationale”. (…) “Nous sommes en guerre permanente avec l’océan Atlantique qui ravage nos côtes et réduit la superficie de notre territoire national. De la même manière que nous voulons défendre l’Est du pays, c’est avec la même énergie que nous devons protéger la côte de Muanda de l’érosion marine. C’est une cause nationale”, a t-il dit.

Notons que, outre les infrastructures côtières,  le PNUD  a réhabilité également le bureau de l’administration locale du village de Nsiamfumu. Cet ouvrage entre dans le cadre de l’appui à la décentralisation. En plus, le PNUD a répondu à la demande de la population en finançant la construction d’un marché moderne juste à côté du bâtiment administratif. Ce marché va faciliter la vente des produits de la pêche et bien d’autres denrées destinées à répondre aux besoins de la population de plus en plus croissante de Nsiamfumu. Coup de chapeau pour ce coup de pouce à la protection de l’environnement.