lun. Août 3rd, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

COVID-19 : Le grand pèlerinage de La Mecque sous haute surveillance épidémiologique

2 min read

Les fidèles musulmans sélectionnés pour le hadj ont commencé mercredi 29 juillet le grand pèlerinage de La Mecque, le plus restreint de l’histoire moderne, avec de nombreuses précautions sanitaires pour cause de pandémie de Covid-19.

A leur arrivée à La Mecque, les pèlerins ont été soumis à des contrôles sanitaires, placés en quarantaine et leurs bagages désinfectés. Pour cause de pandémie, les pèlerins ne seront pas autorisés à toucher la Kaaba, et les autorités disent avoir déployé des cliniques mobiles et des ambulances pour faire face à toute possible contamination.

Par petits groupes, menés chacun par un guide, les fidèles ont procédé à sept circonvolutions autour de la Kaaba, au cœur de la Grande Mosquée de La Mecque, selon des images en direct des télévisions saoudiennes. S’abritant du soleil sous des parapluies, portant des masques et se tenant à distance les uns des autres, ces pèlerins ont tourné autour de la construction cubique vers laquelle s’orientent les fidèles musulmans du monde entier pour leurs prières, sous l’œil vigilant de policiers et autres officiels.

Les pèlerins ont ensuite fait à sept reprises le chemin entre Safa et Marwa, sur les pas de Hajar, épouse d’Abraham. Selon la tradition, elle avait parcouru le chemin pour chercher de l’eau à son fils, Ismaïl, jusqu’à ce que la source de Zamzam jaillisse à ses pieds.

En raison de la pandémie, Ryad a annoncé qu’un millier de pèlerins résidant dans le royaume seraient autorisés cette année à faire le hadj, mais les médias locaux ont fait état de 10 000. Quoi qu’il en soit, on est bien loin des 2,5 millions de fidèles en 2019.

Le hadj est l’un des cinq piliers de l’islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s’il en a les moyens. En temps normal, le hadj et la Omra, petit pèlerinage, rapportent environ 10,3 milliards d’euros par an à l’Arabie saoudite.

Pour les analystes, les restrictions liées au pèlerinage vont aggraver le marasme économique du royaume déjà confronté à une forte baisse des prix du pétrole et aux retombées de la pandémie.

Notons qu’à ce jour, l’Arabie Saoudite a enregistré 272 590 cas de contamination, dont 2 816 décès, l’un des taux les plus élevés du Moyen-Orient. Le ministère de la Santé a assuré mercredi qu’aucun cas n’avait été enregistré parmi les pèlerins.