mer. Nov 25th, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

Bonne Journée mondiale des toilettes à tous…

2 min read

Le 19 novembre, on célèbre la Journée mondiale des toilettes ! Ça fait sourire, car insolite. Eh oui, les WC, les cabinets, le p’tit coin, bref, là où on aime bien être tranquille. Pourtant, dans le monde, plus de 4 milliards de personnes n’ont pas accès à des toilettes correctes.

Chaque jour dans le monde plus de 800 enfants de moins de cinq ans, soit environ 292 000 enfants par an, meurent de maladies diarrhéiques dues à une mauvaise hygiène, un mauvais assainissement ou une eau de boisson insalubre (OMS, 2019) et plus de la moitié de la population mondiale, soit 4,2 milliards de personnes, n’a pas accès à des installations sanitaires sûres (OMS/UNICEF, 2019).

Chaque année, ONU-Eau – le mécanisme de coordination des Nations Unies pour l’eau et l’assainissement – définit le thème de la Journée mondiale des toilettes. Cette année, le thème est «Assainissement durable et changement climatique».

La célébration de la Journée mondiale des toilettes, décrétée par l’Organisation des Nations Unies depuis 2001 donne l’occasion organisations de la Société civile de rappeler aux autorités nationales et locales, aux décideurs, aux partenaires financiers, aux planificateurs, aux responsables de l’élaboration de la mise en œuvre et du suivi des normes et de la réglementation la nécessité impérieuse d’agir pour un accès adéquat à l’assainissement pour tous qui constitue un droit fondamental de l’homme selon la Résolution 64/292 ONU du 29 juillet 2010.

A Kinshasa, l’ONG Agir pour un Congo Assaini “ACAS”, chère au Prof Jean Claude Matumweni, donne de la voix. Une journée de réflexion est organisée ce jeudi 19 novembre, brisant ainsi les tabous.

Il s’agit de bien briser le silence, d’autant plus que plus de 4 milliards d’humains n’ont en effet pas accès à un système d’assainissement hygiénique et 673 millions pratiquent la défécation à l’air libre. Dépêchons-nous, cela presse…