lun. Août 3rd, 2020

Eco-vertes.info

Site d'information et de communication sur l'environnement et le développement durable

ANGOLA : 150 millions de dollars investis dans la résilience climatique

2 min read

Le Fonds international de développement agricole des Nations unies (FIDA), l’Agence française de développement (AFD) et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) vont investir plus de 111,8 millions de dollars pour la mise en œuvre du projet d’amélioration de la résilience des petits exploitants (SREP) face au changement climatique en Angola. Coût global du projet : 150 millions de dollars.

En Angola, 50 % des personnes défavorisées dépendent essentiellement de l’agriculture comme moyen de subsistance. Ce secteur emploie aussi 44 % de la population et contribue à hauteur de 5,5 % au produit intérieur brut (PIB) du pays. Mais selon le Fonds international de développement agricole des Nations unies (FIDA), ces efforts sont à parfaire pour réduire la pauvreté dans ce pays. L’institution financière internationale souligne que si rien n’est fait, la situation pourrait devenir alarmante à cause du changement climatique qui dégrade peu à peu le stock de ressources naturelles dont dépend l’agriculture angolaise.

C’est dans ce contexte que le projet d’amélioration de la résilience des petits exploitants (SREP) a été mis sur pied par le gouvernement angolais. Il s’agit de stimuler la production agricole, à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il vise également à renforcer la résilience d’au moins 218 000 familles rurales angolaises qui sont vulnérables face au changement climatique.

Renforcement des capacités des producteurs…

Le SREP permettra également le renforcement des capacités des petits exploitants en matière de production et de transformation par le biais d’écoles d’agriculture. C’est pour qu’ils puissent devenir plus productifs et qu’ils soient capables d’améliorer l’accès aux marchés en les mettant en relation avec différents acteurs du secteur privé dans les chaînes de valeur.

Ce projet de résilience climatique renforcera aussi la capacité du secteur privé national pour l’amélioration de la fourniture de services de conseil et d’information climatique, adaptés aux besoins des agriculteurs familiaux.

En Outre, le SERP encouragera des pratiques durables telles que l’introduction de variétés de cultures tolérantes à la sécheresse, l’adaptation des calendriers de culture et la collecte des eaux de pluie. L’initiative permettra aussi d’investir dans l’irrigation à petite échelle, l’amélioration de l’accès à l’eau et des pratiques agricoles résistantes au climat. Elle sera mise en œuvre dans sept provinces situées dans des zones agroécologiques arides, semi-arides et sub-humides de l’Angola. Il s’agit de Bengo, du Zaïre, d’Uige et de Cuanza Norte au nord, et de Benguela, de Cunene et de Namibe au sud.

Notons que la convention de financement a été signée le 15 juillet 2020 à Rome entre le président du Fida, Gilbert Houngbo et l’Ambassadeur de l’Angola en Italie, Maria de Fátima Monteiro Jardim.

Fidelia Kithumbu